Covid-19

L’association Milchât’Bos derrière ses machines à coudre

Déjà 400 masques réalisés pour rendre service… avant la pénurie d’élastique !

Le millénaire de Châteaugiron : déjà onze ans ! C'est là que tout a commencé pour Milchât'Bos...

Printemps 2009. C’était hier. Châteaugiron fêtait alors son millénaire. Les abords du château s’étaient métamorphosés en un vaste camp retranché médiéval, lors d’un week-end mémorable. Le parking du boulevard du château avait pris des allures d’enclos barricadé pour accueillir les combats des chevaliers et les jeux d’adresse comme la quintaine avec les écuyers. On cuisinait à l’ancienne près du syndicat d’initiative de l’époque tandis qu’un grand banquet était organisé sous chapiteau, devant les fenêtres de l’Hôtel de Ville… sans oublier les multiples animations parallèles. 

... avec les costumes à réaliser ...

C’était la fête. Une manifestation qui avait mobilisé beaucoup de bénévoles. Ce fut le cas pour la confection des costumes de circonstance. La municipalité demanda à une équipe de bénévoles de se mobiliser pour apporter son aide technique, dans ce projet. Un an après, ces volontaires se constituent en association. C’est la naissance de Milchât’Bos, en 2010 : Mil comme millénaire, chât comme château et Bos … comme bosser, tout simplement.


 

© univerinfos.com 

... comme pour la Salon du Livre Médiéval organisé par l'interco.

Couture et tricot deux heures par semaine

« Le groupe se réunit deux heures par semaine autour d’un atelier couture ou tricot. Une couturière professionnelle, en retraite, nous donne de précieux conseils et chaque adhérent peut ainsi réaliser une jupe, une veste ou tout autre vêtement », indique Georges Guyard, le président de l’association qui compte une trentaine d’adhérents… un effectif à majorité féminine. La seconde activité s’articule autour de la location de costumes médiévaux à des particuliers ou à des collectivités, comme à l’occasion du Salon du Livre Médiéval.

Des masques appréciés par les services de la mairie et l'ADMR

Des masques pour la mairie et l’ADMR

Avec l’arrivée imprévue du Covid-19, les besoins ne sont plus les mêmes. On l’a vu dans les médias : la France manque cruellement de masques de protection ! Les couturières de Milchât’Bos décident aussitôt de se mobiliser pour la cause commune, derrière leurs machines à coudre, chez elles, pour la circonstance. « Nous avons déjà réalisé 400 exemplaires notamment pour le personnel de la mairie et pour dépanner quelques personnes », poursuit Georges, évoquant l’aide ainsi apportée à l’ADMR de Janzé puis à celle de Châteaugiron qui a reçu 30 masques « Par contre nous n’en vendons pas ! Nous sommes là uniquement pour dépanner, pour rendre service aux gens ». Avec un avantage : les masques en tissu sont solides et peuvent être lavés et utilisés plusieurs fois.

A l'automne dernier l'association a confectionné ces coussins en forme de coeur pour le centre Eugène Marquis

Des cœurs pour octobre rose

Rendre service. C’est d’ailleurs le leitmotiv de l’association qui s’est investie dans l’opération  Octobre rose, à l’automne dernier, en réalisant une vingtaine de coussins en forme de cœur pour le  centre Eugène Marquis de Rennes. Pourquoi ces cœurs ? Un médecin américain a récemment découvert que ce petit coussin placé sous le bras soulage les douleurs liées à la chirurgie du cancer du sein. Une initiative qui a été appréciée par les personnes qui ont subi cette intervention délicate.

Photos Milchât'Bos
Document © univerinfos.com 
consultable uniquement sur le site
www.univerinfos.com

Et l'opération masques se poursuit... à condition de trouver de l'élastique !

Si vous avez de l’élastique chez vous…

Si le cancer continue de causer des ravages - avec autour de 157 000 morts au total, par an, en France - le Covid-19, totalement imprévu, vient s’ajouter à cette triste série. Avec un seul mot d’ordre : la prévention. Et ici, le masque joue un rôle de protection primordial.

Milchât’Bos va donc continuer sur sa lancée et continuer de coudre ces précieuses protections… dans la limite des stocks disponibles, selon l’expression consacrée. « Nous avons eu la chance d’acheter une grosse bobine d’élastique chez Noz, à un prix défiant toute concurrence mais bientôt, il n’en restera plus ! », conclut Georges, évoquant cet accessoire incontournable avec un métrage qui n’est plus extensible à souhait. Alors si vous en possédez, n’hésitez pas à contacter l’association qui pourra ainsi planifier une production plus élastique pour répondre à la demande.

 

Milchât’Bos : 06 75 19 65 68 - Courriel : assomilchat@gmail.com

Site web : http://sites.google.com/site/milchatbos