L'épicerie NOUS anti-gaspi

Déjà 1 500 clients par semaine, au bout de cinq mois

NOUS anti- gaspi : une enseigne bien visible, dans le bâtiment numéro 1, depuis l’été 2019, au centre commercial Univer de Châteaugiron


 « Ici nous luttons activement contre le gaspillage alimentaire. C’est notre leitmotiv au quotidien » 

 Les médias en ont beaucoup parlé. La sixième journée nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire s’est déroulée le 16 octobre 2019. Objectif : une réduction de 50 % d’ici 2025. 

Nous avons aussi la journée des jeunes, de l’archéologie, de l’architecture, de la gentillesse, de la bière, de la raclette, de l’audition, de la sécurité routière et même des chips !... Il faut ensuite que ces bonnes résolutions d’un jour se concrétisent dans les faits. 

 

C’est le cas à l’épicerie NOUS anti-gaspi, au centre commercial Univer de Châteaugiron. « Ici nous luttons activement contre le gaspillage alimentaire. C’est notre leitmotiv au quotidien », indique d’emblée Marianne Hecquet, responsable du magasin ouvert en août 2019. Palettes recyclées, caddies en bois injecté, rayons fruits et légumes en palox récupérés : des produits destinés à la poubelle retrouvent ici une seconde vie dans l’agencement interne qui affiche une préférence écolo. La cohérence d’abord. 

Marianne Hecquet : la conviction d’être dans la bonne énergie 


Une économie de 30 % sur les prix

 

Avec du bonheur en prime ! « On est convaincu d’être dans la bonne énergie. Cette lutte contre le gaspi ne peut que fédérer la population. Nous sommes vraiment heureux de nous lever tous les matins ! », poursuit Marianne qui annonce un atout phare : des prix inférieurs de 30 % à ceux d’une enseigne classique. Une famille de quatre personnes peut ainsi réaliser une économie de 250 € par mois, en moyenne. Comment est-ce possible ?

 

C’est simple. NOUS anti-gaspi se fournit auprès d’industriels ou de producteurs locaux en surstocks, achète des invendus ou des produits ayant des problèmes de contrats-dates avec la grande distribution. Des exemples concrets ? La crêperie Colas de Châteaugiron fournit ainsi des invendus à date courte ou avec des problèmes de grammage : les crêpes sont ainsi 20 à 30 % moins cher qu’en grande surface. Même chose pour les yaourts Danone avec une économie de 30 %, comme le lait UHT à 0,65 € le litre. 

 

On peut citer aussi l’EARL de maraîchage LassauXL de La Mézière, fournisseur en agriculture raisonnée, les Artisans du Monde en épicerie sucrée, l’ESAT de Bourgchevreuil pour les confitures locales, Team Ouest de Noyal pour les fromages, la laiterie de Saint-Malo. Il est même possible de tomber sur une palette de Coca-Cola ou de Nutella !


Lorène à la caisse avec des clientes, le 21 janvier 2020


1 500 clients par semaine

 

Autre explication plus technique. Toutes ces usines ne travaillent pas en flux tendu comme dans l’automobile : on ne va pas commander ses crêpes trois mois à l’avance. La production est donc régulière mais la demande du client et par voie de conséquence les commandes des hypers ne suivent pas toujours. Par ailleurs un retard sur une chaîne peut annuler une commande sans oublier un changement de packaging. Plein de raisons donc pour expliquer qu’on retrouve ainsi exactement le même produit que dans un circuit classique. Et, on le répète : surtout moins cher.

Une formule qui séduit à Châteaugiron ?    « Nous sommes déjà à 1 500 clients par semaine », poursuit la responsable qui note deux grandes tendances « 30% de la clientèle est convertie au concept, 70 % vient pour le prix ». La fidélité s’installe aussi dans le temps avec 6 800 créations de comptes en six mois. C’est une évidence : NOUS anti-gaspi s’inscrit à fond dans l’air de l'époque. Sans oublier la création de six emplois depuis l’ouverture.



Reproduction interdite

Textes et photos : © univerinfos.com


Marianne et Benjamin devant le rayon fruits et légumes

Univer : un bon plan pour NOUS anti-gaspi

 

En août 2019, la chaîne lançait son sixième  magasin à  Châteaugiron après un premier lancement en 2018 à Melesse. Et bientôt deux autres à l’horizon. Alors, Univer un bon plan ? «L’équipe de Châteaugiron met tout en œuvre pour se classer troisième du réseau  », ajoute Marianne avec un sourire optimiste.   

Il est vrai que toutes les planètes sont alignées sur le site Univer « Il y a une bonne ambiance entre les commerçants. On peut faire toutes ses courses sur la zone. Tout cela est bénéfique pour tout le monde. J’ai même embauché une fille à mi-temps en plus au-delà de mes espérances », ajoute Marianne qui met aussi l’accent sur la complémentarité.

 


Devant le rayon des produits frais


Et la concurrence ?

Ah, la concurrence, on y arrive ! Partons d’abord d’une évidence : Hyper U s’affiche d’emblée comme la locomotive d’Univer et remplit l’essentiel des parkings. Alors de l’ombre pour les autres ? « Hyper U n’est pas un concurrent. Les gens viennent chez nous pour l’opportunité et parfois même avant d’aller à l’hyper », conclut Marianne, avec le sourire. Promis, on ne le dira pas. 

Tout se passe donc pour le mieux dans le village Univer pour le plus grand bonheur des commerçants… et des clients. Au fait, on a tout dit sur Nous Anti-Gaspi ? Un oubli est toujours possible mais très facile à réparer : pour tout savoir, n’hésitez pas à franchir la porte du magasin !

 

Rédaction univerinfos.com



Textes et photos : © univerinfos.com 


Marianne et Benjamin présentent une palette de lait UHT à 0,65 € le litre





Marianne Hecquet, responsable magasin et Benjamin Margota, responsable adjoint. " On est convaincu d’être dans la bonne énergie. Cette lutte contre le gaspi ne peut que fédérer la population. Nous sommes vraiment heureux de nous lever tous les matins ! "